© 2023 by Sandra Scius. Proudly created by Wix.com

En construction

 

"... il ne s'agit pas de tailler dans le vif de la terre
pour la faire revivre, ni d'essayer d'atteindre l'Eden à grands coups de pelle.
Qu'importe la taille de jardin.
Un simple petite carré ou des champs, si vous plantez directement, faites-le en cajolant la terre, ne ramenez que de petites quantités, tapotez-la gentiment.
Agissez en douceur et à l'économie ....
Voilà comment il faut traiter le sol, en pensant bien à ce que l'on fait ..."

Pinkola Estes 

"Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n'arrivera, jamais ta vie ne commencera."
– Ne va pas dans les bois, disaient-ils, n'y va pas.
– Et pourquoi donc ? Pourquoi n'irai-je pas ce soir dans les bois ? demanda-t-elle.
– Dans les bois vit un grand loup qui mange les humains comme toi. Ne va pas dans les bois, n'y va pas.
Bien sûr elle y alla. Elle alla malgré tout dans les bois et, bien sûr, comme ils avaient dit, elle rencontra le loup.
– On t'avait prévenue, fit le choeur. [...]
Mais le loup qu'elle rencontra était pris dans un piège. dans un piège était prise la patte du loup. [...]
– C'est bien le loup. Je prends le risque. Allons-y ! Et elle écarta les mâchoires du piège. [...] Et parce qu'elle avait lu trop de contes d'un certain type, le mauvais, elle s'exclama :
– Allons, finissons-en. Tue-moi. Maintenant.
Mais ainsi le loup ne fit-il pas. Pas du tout. Il posa la patte sur son bras.
– Je suis un loup qui vient d'ailleurs, un loup qui vient d'un autre temps, dit-il. Et il s'arracha un cil, puis le lui offrit en disant : – Sers-t'en avec discernement. Désormais tu sauras qui est bon et qui ne l'est guère [...]


[Clarissa Pinkola ESTES, "Femmes qui courent avec les loups" ("Women who run with the wolves"), 1992-1995 –ouvrage traduit de l'anglais par Marie-France Girod (Grasset, 1996) : chapitre 16, pages 632-633 de l'édition de poche]

"Ce sont les dons et la force de nos prédécesseurs qui nourrissent les histoires que l'on raconte et que l'on écoute. D'après moi ce qui fait la force de la narration, c'est une haute colonne d'être humains, unis dans le temps et dans l'espace, richement ou pauvrement vêtus comme à leur époque ou encore dans leur nudité et pleins de la sève d'une vie qui continue. S'il existe une source unique aux histoires et à leur numen, c'est cette longue chaîne humaine."